Christian Dior Spring 2020 Couture Collection: What If Women Ruled The World?

Mis à jour : févr. 11


"What if women ruled the world?' Telle était la question inscrite sur une grande toile en soie, à la fin du catwalk. On connaît déjà l'orientation féministe de la maison Dior, depuis que l'Italienne Maria Grazia Chiuri a rejoint les ateliers en 2016. En effet, la designer à la tête des créations Christian Dior a déjà créé des T-shirts blancs avec la phrase "We should all be feminists". Pour cette collection Couture 2020, Chiuri elle a collaboré avec des artistes dont la féministe Judy Chicago afin de produire une collection pour encourager les artistes féministes à s'exprimer plus librement. Ainsi, le premier jour de la saison couture, nous sommes entrés dans le canal de naissance de l’installation de Chicago, là pour regarder Chiuri invoquer une foule dorée de déesses sur un catwalk en forme d’utérus.


5 CHOSES A RETENIR DU SHOW?


1. Les codes CD



Les codes Dior sont assez faciles à reconnaître. D'abord, il faut savoir que Christian aimait la nature et sa Normandie. C'est pourquoi on retrouve souvent des symboles comme l'abeille, présente sur les cartons d'invitation, le lion, des fleurs, et autres motifs animaliers, présents sur les emballages et certains vêtements. Le logo CD est un autre de ces codes. Même si Chiuri les a déjà bousculés plusieurs fois, afin de « créer des vêtements qui ressemblent aux femmes d'aujourd'hui », il faut perpétuer l'héritage de la maison Christian Dior, et les codes en font partie.


2. Le background historique et antique de la collection




La "période de gestation", comme l'appelle la journaliste Sarah Mower, la production de la collection aura nécessité six mois de travail. L'idée d'ancrer la collection dans un style gréco-romain est venue lorsque Judy Chicago a proposé l'idée sur un culte païen des déesses et la lutte des femmes artistes pour trouver leurs propres moyens d’expression au sein de la femme excluant les systèmes patriarcaux de l’histoire occidentale de l’art. Le mélange entre créativité et féminité a tout de suite plu à Maria Grazia Chiuri, qui, Italienne d'origine, a tout de suite pensé au doré, et à la mode romaine antique. Elle voulait représenter une déesse contemporaine


3. Une collection entre couture et féminisme



Afin de pouvoir allier féminisme et couture, Maria Grazia Chiuri s'est rattachée à un concept qu'elle connaît déjà, et qui est la relation entre le corps et la mode. Pour elle, le point-clé était le peplos Gréco-romain.


“It’s something which you really drape and tie, which you define with your body, which takes care of you. So it’s very couture, because in couture we don’t start with a pattern—we drape on a mannequin, we drape on our clients,” she said. “But I didn’t want to just do it in dresses; I applied it to tailleurs and skirts as well, because I want to speak about the heritage of the house.”


comprenez


« C’est quelque chose que vous drapez et attachez, que vous définissez avec votre corps, qui prend soin de vous. C’est donc très couture, parce que dans le domaine de la couture, nous ne commençons pas par un motif — nous drapons un mannequin, nous drapons nos clients », a-t-elle dit. « Mais je ne voulais pas seulement le faire en robe; je l’ai appliqué aux tailleurs et aux jupes aussi, parce que je veux parler du patrimoine de la maison. »


C'est pourquoi on a pu voir des mannequins porter des sandales dorées, travaillées finement. La collection a souligné comment les robes à franges de soie sont conjurées sans couture, chaque fil de fil tressé est laissé à l’écoulement. La variété infinie de ce qui peut être fait avec tissu drapé et tordu est entré en jeu dans le diaphane à une épaulette mousseline et torsions de tissu lamé or. En blanc, il y avait une robe-chemise plissée de longueur enveloppante; une blouse et une jupe nouée sur un côté.


Pour le tailleur, Maria l'a vraiment féminisé en ouvrant le col, le faisant plongeant afin d'affirmer notre poitrine. Enfin, la dernière pièce. Une combinaison à franges bicolore. Dorée et bleu nuit. Ce qui frappe est le devant, en sequins, qui représente une lune, symbole absolu de la fécondité.


La création que j'ai préféré reste le tailleur- pantalon doré. Pour moi il représente et l'élégance et la féminité moderne. La coupe, la couleur, tout me plaît.


4. Le décor



Un décor de défilé est aussi important que la collection. Selon Marc Jacobs, un décor fair partie du show, il représente la collection sous un point de vue précis, grâce notamment aux codes. Afin de représenter la naissance de collection exclusivement réalisée avec différents artistes outre que Judy Chicago, Maria Grazia Chiuri a accueilli ses invités dans une structure représentant l'intérieur d'un utérus. La forme blanche que l'on ne voit que vue du ciel, dans les jardins du Musée Rodin, temple de sculptures et oeuvres masculines, est en réalité le corps bombé d'une femme. À l'intérieur, l’ambiance y est plus sombre. D’abord, des tapisseries dorées et de couleurs, dont une figurant la phrase de Chicago ' What if women ruled the world?" . Une toile qui a été réalisée en Inde, un pays très masculin, dans un atelier qui regroupe exclusivement des femmes. Une question restée sans réponse prcise puisque chacun a sa propre réponse.


Vogue Paris s'est infiltré dans les ateliers de Dior et a interrogé les couturières à ce sujet. Pour certaines d'entre elles, la vie serait moins dure, les choses seraient plus faciles, les femmes seraient plus visibles et mises plus en avant. Un défilé dont absolument tout, y compris les codes, le lieu et symboles ramènent au féminisme.


Et vous? Quelle serait votre réponse ?



Jade Ossona

Student at Paris School of Luxury

 
  • Instagram

©2020 by Califorjay. All rights reserved