©2020 by Califorjay. All rights reserved

 
  • Jade Ossona

2019 SS COUTURE WEEK

Mis à jour : 28 janv 2019


Coucou les amis! Ca fait quelques semaines que je n'ai pas écrit. Sans vous mentir, j'ai été très occupée depuis ces dernières semaines avec Noël, le Nouvel An, et autres choses dont je devais m'occuper. Bonne année 2019 à tous! Aujourd'hui, je voulais commencer cette nouvelle année avec quelque chose de spécial, et la Fashion Week Printemps Eté qui se tient depuis une semaine est un sujet parfait! Je n'ai pas assisté aux défilés malheureusement, mais je les ai suivis de tout près. Les designers de chaque maison ont fait un travail remarquable et m'ont émerveillée différemment les uns des autres. De Chanel à Dior en passant par Balmain, les designers ont su me faire rêver avec des décors et des collections qui mélangeaient les styles, les époques, faisant de la haute couture un art contemporain, inclusif et en phase avec l’obsession de notre époque. Celle du tout digital.


DIOR SHOW


Ce Lundi 21 Janvier 2019, c'est dans les jardins du Musée Rodin que Maria Grazia a donné rendez-vous à ses invités. Plus précisément, c'est dans un chapiteau qu'elle leur a fait découvrir sa collection Printemps Été 2019, inspirée du monde du cirque. Un défilé où la mode, et le cirque se mélangeaient pour donner un vestiaire du spectacle revisité. Parlons des choses qui m'ont marquée.


Les décors


Selon Vogue, les photos et des témoignages, Maria Grazia a accueilli ses invités dans un chapiteau de 164 m2 à l'ambiance tamisée, sous lequel les mannequins ont foulé un catwalk arlequin.

Le chois du thème n'est pas anodin si l'on connait un peu les goûts de Monsieur Dior. En effet, Maria Grazia l'a choisi en son honneur. Il se dit que Christian Dior aimait se rendre au Cirque d'Hiver. La créatrice a pour cela imaginé un incroyable vestiaire incluant des pièces comme le col Pierrot, un costume de dompteur, des imprimés arlequin et bestiaux, des bonnet voilés. Une ambiance de spectacle qui n'est pas passée inaperçue!










The Dancer’s performance


Les décors n'étaient pas les seuls à me faire rêver. En effet, pour le show, Maria Grazia à une fois de plus mis en valeur le féminisme en faisant appel à une troupe de cirque essentiellement féminine. La Compagnie Mimbre, ainsi que les mannequins, ont réalisé une incroyable performance, faisant du show un vrai spectacle.



The clown makeup


Dans le monde du cirque, le maquillage fait partie du costume, du personage. Il est donc très important. Créé par Peter Philips, le directeur de Dior Maquillage et le directeur de création, le maquillage des mannequins a été inspiré de ce monde, et le reflète tout de suite, par des yeux habillés d'un liner noir en formes graphiques sophistiquées.



Of course, the front row's pedigree was extras as usual. Celebrities from all kind came all the way from their home to assist to the show, such as Karlie Kloss, Monica Bellucci, Charlotte LeBon, Chiara Ferragni, Emmanuelle Al...



CHANEL SHOW


Le lendemain matin, mardi 22 Janvier, la ville s'est rafraîchie et un manteau de neige a recouvert les trottoirs parisiens. Comme tous les jours de défilés, je me demandais comment Karl allait me faire rêver, quels somptueux décors il me réservait.

A 10 heures, les attentes prirent fin. Bienvenue à la Villa Chanel ! Lagerfeld nous a fait vite oublier la neige et le froid, et a réchauffé nos pensées en nous faisant voyager dans un Sud Français ensoleillé. Selon Vogue, Karl s'est inspiré de l'époque du 18e siècle et ses artistes pour imaginer le thème de sa collection.


Sous la verrière du Grand Palais, c'est dans un jardin méditerranéen que le Kaiser a donné rendez-vous à ses invités, placés de chaque côté. Un jardin avec des palmier, un bassin central, des bosquets floraux, un imposant escalier en pierre menant à une surplombante villa orangée.




Le vestiaire de la collection s'en est donc imprégné. On peut retrouver partout, des fleurs, aussi bien dans les décors que dans les vêtements. Les mannequins portaient toutes des vêtements de différentes matières comme le satin, le tulle, l'organza, brodées de fleurs, parfois véritables, sur des silhouettes à la fois longilignes ou en volume. Des fleurs comme des roses, des pâquerettes, des oeillets, corolles... des matières et des fleurs qui rappellent l'esprit de l'époque, les vêtements féminins comme la lingerie. Cependant, quelques pièce de cuir les replaçaient naturellement dans notre époque.



Le vêtement n'est pas le seul rappel à l'époque de Marie - Antoinette et des Lumières. En effet, les mannequins avaient elles-mêmes quelque chose de l'époque. Du côté beauté, comme nous pouvons le constater, elles arboraient une coupe particulière, qui faisait penser à celle de Kirsten Dunst dans le film "Marie Antoinette" de Sofia Coppola. À l'époque, les femmes avaient les cheveux relevés en hauteur en une coupe légèrement bombée. Les mannequins portaient la même coiffure laquée.





Alors vient mon moment préféré de chaque défilé Chanel. La mariée. Au son du célèbre Parole parole, chanté par Mina et Alberto Lupo, la mariée, interprétée par le mannequin italien Vittoria Cerretti, est apparue vêtue d’un maillot de bain brodé de fleurs argentées, avec un bonnet de bain d’où traînait un long voile d’argent pailleté. Un show qui aurait bien dû donner envie aux invités de rester à cette époque pour se prélasser à la villa plutôt que de retourner au présent affronter la neige.




BALMAIN SHOW


Le show Balmain était l'un de mes préférés de cette saison car il est spécial. En effet, après 16 ans d'absence, Olivier Rousteing signait le retour de la maison dans le calendrier haute couture. Et entre temps, le créateur a commencé un renouvellement en ancrant la marque dans un discours de mode puissant, contemporain, en accord avec notre époque. Celle de la modernité et du digital.


Olivier a déjà commencé les changement avec de la nouveauté. Comme projets, un nouveau logo, le lancement d’une application et, prochainement, l’ouverture d’une nouvelle boutique située rue Saint Honoré. Selon Vogue, il a tenu à se plonger dans les archives de la marque, à observer le passé pour «comprendre le présent et rêver d’un avenir meilleur. » , expliquait-il lors de ses essayages. Ce qui veut dire, traduire l’héritage de Pierre Balmain dans le langage moderne qui est le sien.









Cette collection m'a énormément plue. J'ai trouvé les coupes, les plissés très intéressants, qui, teints dans du mauve, du vert et du bleu pâle, ressemblaient à des coquillages. Les volumes démesurés et les longs métrages de tulle plissé également, sur une longue jupe rose bonbon ou en cascade sur des robes.

On a pu retrouver une trace de ce renouvellement par la présence du nouveau logo Balmain, qui pour Olivier Rousteing synthétise l’héritage et le contemporain. Il était présent en graffiti sur les pièces armures, signature du créateur, ou sur des robes asymétriques aux épaules guerrières.


D'autres couleurs aquatiques comme le blanc nacré, bleu pâle, rose, qu'on a peu retrouver sur les mannequins, (dont la peau a été teinte pour les besoins du show) prenaient part au thème sous-marin. C'est à travers ce premier défilé Balmain de l'année qu'Olivier Rousteing recherche dès à présent la nouvelle identité de la marque.




La Fashion Week n'est pas finie, mais j'ai hâte de voir les autres collections des autres marques.

Si j'ai choisi de parler de Dior, Chanel et Balmain, c'est parce que ce sont des marques de Haute Couture qui savent s'adapter, se démarquer à travers le temps en gardant toujours le même esprit. Les collections présentées lors des défilées le démontrent.

En attendant le prochain article, j'espère que celui-ci vous a plus, et que vous continuerez à me lire car il y en aura de plus en plus sur le thème de la mode au cours des prochaines semaines !